Parcours de vie

Maisie Williams – Deviens ton propre héros

On connaît tous Arya Stark (ou presque), ce personnage bad ass qui n’a cesser de nous impressionner au fil des saisons de Game of Thrones.

Game of thrones a quitté nos écrans ce 20 mai 2019. L’occasion de s’arrêter un peu plus longuement sur le parcours d’une des actrices.

Interprétée par Maisie Williams, on aurait pu penser que la confiance d’Arya était également celle de Maisie.

Mais lors de cette interview mené par Lewis Howes, on découvre plusieurs facettes de Maisie Williams notamment les difficultés qu’elle a traversée malgré le succès.

Notamment que la célébrité ou le succès ne sont pas des garanties de s’aimer plus et d’avoir une estime de soi au plus haut.

“Qu’est-ce qui te fait penser que tu peux faire ça ?”

Avant la première représentation d'”I and You” au Hampstead Theatre, Massie se regarde dans le mirroir.

Le stress monte. Elle est assaillie par des pensées sombres et se demande ce qu’il lui a pris de se lancer dans ce projet.

Qu’est-ce qui te fait penser que tu peux réussir ce projet ?

La meilleure chose à faire dans ces moments là, c’est de s’arrêter un instat, respirer un bon coup et réaliser qu’on ne peut laisser ces pensées vous empêcher de faire ce que vous avez envie de faire.

C’est difficile bien entendu mais ça ne veut pas dire que vous ne devriez pas le faire.

Trouvez votre routine pour ne plus écouter les voix qui vous laissent dans votre zone de confort.

Pendant longtemps, elle avait un discours intérieur où même en présence de ses ami[e]s, elle pouvait se dire : “je me déteste”. Cela lui est même arriver de le dire sans faire exprès doucement mais qu’on l’entende.

Sa famille est anxieuse et pense qu’elle en a héritée. Souvent, elle avait l’impression d’être dans un trou. C’était tellement plus simple de penser négativement.

Pendant deux ans, elle s’est lancée à corps perdu dans une relation amoureuse alors qu’elle n’était pas prête et lui non plus. C’était une excuse pour ne pas se poser les questions qui fâchent et résoudre son mal être de façon pérenne.

Mais au bout de deux ans, ils se séparent. Et elle se lance en mode auto-destruction pendant 3 mois. Le parcours “classique”. Elle ne pouvait pas rester seule avec elle même et avec ses pensées.

Elle ne pouvait pas non plus être avec ses amis car elle ne se sentait pas bien avec elle même. Même ses meilleurs ami[e]s ne pouvaient pas l’aider.

Elle a une belle anecdote à ce sujet. C’est comme les coachs en sport, ils voudraient que vous fassiez ci ou ça et presque le faire à votre place. Mais il faut que vous le fassiez vous même. On aura beau vous dire que vous avez un problème et voici la liste des choses à faire pour allez mieux. Si cela ne vient pas de vous même, il y a de forte chances pour que ça ne marche pas.

Jusqu’au jour où un ami a pris le temps de l’écouter et de le challenger avec les questions qui l’ont fait vraiment sortir de cette état négatif.

Le shift ou les petits événements qui lui on permis de reprendre le contrôle

Maisie vient d’une famille nombreuse où tout le monde n’a pas beaucoup confiance en eux.

Elle se punissait constamment d’avoir du succès et que certainement sa famille lui en voulait de connaître la célébrité et la réussite.

Elle n’était pas proche de sa famille à ce moment là et n’osait pas leur en parler.

1. Il faut éviter de se déconnecter de la vérité et des faits. Plus on s’en rapproche, plus on se rends compte de la vacuité de nos pensées. Cela permet de détruire les pensées négatives basé sur absolument rien de concret.

“J’en voulais à beaucoup de personnes et je cherchais des excuses de personnes qui m’avaient du mal parce qu’ils avaient pu dire”

Elle s’est rendu compte qu’elle n’allais jamais en obtenir et qu’il fallait qu’elle puisse clore ce chapitre de sa vie.

La meilleure façon pour elle a été de faire le premier pas et de s’excuser pour son comportement, pour ses paroles et d’accepter qu’elle ne recevrais rien en retour. Mais que ce n’était pas l’important.

Elle a donc pris son téléphone, rendu visite à des ami[e]s et a donc fait le chemin pour pouvoir mettre tout cela derrière elle.

Cela n’a pas été facile, il y a beaucoup de mains tremblantes, d’hésitations, de peur, de doute mais elle y est arrivée. Faire les bonnes choses même si vous êtes effrayer.

2. “Pardonner ne signifie pas oublier, mais nous donner le droit de garder notre cœur ouvert et recevoir de l’amour, au lieu de succomber aux feux destructeurs de la colère et de la haine.”

Le plus important selon elle est de prendre du temps pour soi (le principe du self-care), chose qu’elle ne faisait jamais. Cela implique de savoir dire non aux choses et aux gens.

De prendre le temps de faire le choses et de les analyser. Si on se laisse dévorer par le stress, on devient une personne inefficace et incapable de réagir aux événéments.

J’aime bien sa définition du self-care qui se résumerait à rouler à 10 km/h et de prendre le temps de faire les choses :

  • Faire de la peinture
  • Ecrire des poèmes, se laisser porter par les mots
  • 8 heures de sommeil par nuit (et une heure avant de se coucher se rendre disponible pour dormir)
  • Manger sainement (adieu le binge eating)
  • Arrêter le binge drinking (juste un verre de vin à table mais plus en dégustation)
  • Une après midi sans rien de prévu
  • Tout ralentir (plus de réseaux sociaux, de téléphone, etc… être dans le moment présent)
  • Ne pas hésiter à écrire (faire un journal de vos pensées, posez-vous des questions, …)

Avoir un entourage qui vous encourage c’est génial mais il faut aussi que vous fassiez le travail vous même et que vous soyez en mesure de vous poser les questions qui fâchent. N’hésitez pas à les écrire et à y répondre même si c’est douloureux.

C’est de là qui viendra votre transformation pas à pas.

Si vous comptez sur un support extérieur, vous allez avoir du mal à gérer les problèmes qui vont survenir car vous n’aurez pas apporter une réponse claire à ce problème.

Les médicaments

Elle a utilisée des bêtabloquants, ce qui lui a permis de ne pas perdre le fil et de poursuivre sa carrière.

Mais comme elle l’explique, cela l’a coupée totalement de ses émotions.

A la fin du tournage de la dernière saison de Game of Thrones, tout le monde était triste. Ils se sont remémorées beaucoup de moments, leur progression et ont regarder des photos de leur début. Tout le monde était larmoyant et elle ne ressentait rien à cause des médicaments.

Cela peut être une solution court-therme mais ne dispense pas de faire tout le travail pour aller mieux.

La personne qui l’a le plus influencée

Sa mère sans hésiter. Malgré ses propres doutes, elle a su lui inculper que tout était possible : Ne jamais se mettre une limite; elle peut tout faire.

Son amour propre; comment elle le cultive.

Son amour propre est entretenu par les relations qu’elle peut avoir. Son entourage a donc une importance capital.

Elle évalue la qualité de ses relations grâce à deux questions :

  • Combien de personnes me font du bien et m’aide ?
  • Combien de personnes ai-je aider en retour ?

Elle ne voit pas son entourage comme une relation à sens unique destiné uniquement à la valoriser ou l’aider.

Il est important pour son amour propre que ce soit des relations à double sens.

Son super pouvoir

L’empathie mais d’être pro active avec ce pouvoir surtout auprès des autres.

C’est bien de ressentir les émotions des autres, de les comprendre mais c’est aussi d’aller au devant et de les aider / accompagner par rapport à ce qu’ils vivent & ressentent.

Sa définition du succès

Ce n’est pas d’aller toujours plus haut, plus fort & plus vite; de faire encore mieux que Game of Thrones.

Maisie ne pense pas qu’elle fera quelque chose d’aussi bien que Game of Thrones et ça lui va très bien.

C’est sans doute là SA définition du succès.

Sa plus grande peur

Se laisser influencer par l’opinion des autres sur ce qu’elle pourra entreprendre et réaliser après Game Of Thrones. Vu son parcours, maintenant plus personne ne la considère comme une débutante. Elle ne peut plus être débutant dans quoique ce soit.

Si elle se lance, il faut que ce soit déjà calibrer. Du coup, le regard des autres et notamment celui que peut apporter les réseaux sociaux pourraient la déstabiliser malgré ses efforts pour éteindre ses doutes.

Elle sait qu’elle sera au mieux juste en colère mais que cela lui fera perdre le focus.

Elle pense du coup rester éloigner des réseaux sociaux le temps de quitter ce statut de débutant et qu’elle sera plus avancée dans ces projets.

L’après “Game of Thrones”

Maisie a désormais une startup “Daisie” qui est dédiée aux créatifs pour leur permettre de collaborer plus simplement ensemble sans difficulté.

Elle ne souhaite pas se limiter, de pouvoir se retourner sur sa vie et de se lire qu’elle a pu tout vivre, tout essayer…

Sa startup “Daisie”

A lire

  • L’alchimiste de Paulo Coelho

Write A Comment